Entretien avec la responsable du numérique de la Bibliothèque Georges Pompidou – Châlons-en-Champagne

La bibliothèque municipale Georges Pompidou de Châlons en Champagne s’est raccordée à PNB le 3 juillet 2018. Ce réseau de 3 bibliothèques emploie 45 agents, dans lequel 6.500 lecteurs sont inscrits.

Le projet était à l’étude depuis 2016 et devait voir le jour courant 2019, cependant il a été accéléré à la demande des élus et du maire de Châlons en Champagne en particulier. Dès que la décision a été entérinée avant l’été 2018, l’ouverture au grand public a suivi mi-août.

 

Mme Frattini, responsable du numérique a porté le projet PNB, en collaboration avec l’équipe chargée du portail numérique Extrapole. Cette plateforme propose une large sélection de ressources culturelles consultable en ligne : de la presse, des films de cinéma, des séries TV, des formations, des jeux interactifs, des documentaires.

Lancé en 2003, ce portail multi-contenu élargit l’offre de la bibliothèque et attire des personnes qui ne fréquentent pas les bibliothèques.

Le raccordement à PNB poursuit le même objectif : toucher un autre public, celui qui n’a pas le temps de venir à la bibliothèque : « Nous savons que le numérique concerne peu de monde pour le moment, mais nous faisons un parallèle avec la VOD (video on demand) ; il ne s’agit pas d’un large public mais ce sont de grands consommateurs. Nous avons également constaté que certains ouvrages imprimés sont régulièrement volés, les acheter en numérique permet de palier à cet écueil », constate Mme Frattini.

 

La bibliothèque communique beaucoup sur son offre numérique en multipliant les supports et les médias :

  • Un site web mediatheques.fr avec la valorisation de l’offre numérique de livres (comme pour la VOD) et la mise en ligne de modes d’emploi.
  • Des affiches, des fantômes disposés dans les bibliothèques.
  • Des articles dans le bulletin municipal ‘Le fil du Mau’.
  • Un lien depuis la plateforme Extrapole vers le portail de la bibliothèque.

Le prêt de 5 liseuses, pré-chargées ou pas, permet aussi au lecteur de tester la lecture de livres numériques.

 

« Cependant, le meilleur vecteur de communication reste les agents » souligne Mme Frattini.

 

Des sessions de formation sont régulièrement organisées auprès du grand public et les lecteurs peuvent prendre des rendez-vous individuels nommés ‘Déclic’ pour apprendre à se former et poser leurs questions aux agents.

L’ensemble du personnel a bénéficié d’une session d’information organisée mi-octobre et des sessions internes, nommées ‘Déclic pro’ ont été mises en place ; ce sont des rendez-vous individuels personnalisés. Ils ont lieu à la demande des agents, lorsqu’ils rencontrent des difficultés sur la compréhension du service ou parce qu’ils ont un dépannage à faire auprès d’un lecteur qu’ils ne parviennent pas à résoudre.

Quelques liseuses ont circulé parmi les agents afin qu’ils puissent se familiariser aux pratiques de l’emprunt et de lecture.

 

Lors du raccordement via le prestataire CVS, la bibliothèque n’a pas connu de difficultés d’ordre technique et n’a jusqu’à présent pas rencontré de soucis liés aux DRM ou aux problèmes de téléchargement :

« Nous n’avons pas rencontré de difficultés particulières et nous sommes plutôt satisfaits. Nous souhaiterions que le portail fourni par notre SIGB soit plus simple à appréhender, nous ne voyons pas toujours où chercher les informations, notamment pour les statistiques d’emprunts. »

 

Pour sa première commande, les bibliothécaires ont choisi d’acquérir des fictions, des romans et quelques documentaires.  Ils font principalement leurs sélections à partir de listes d’auteurs en se basant sur la fréquence des emprunts pour les titres papiers.

C’est pourquoi, pour la seconde commande, les acquisitions se sont portées sur des ouvrages prisés par les lecteurs tels que les romans sentimentaux, les livres sur le bien-être ou les guides de voyage.

Ils souhaiteraient également qu’il puisse exister une alerte sur le site du libraire sur les doublons dans les paniers et être mieux informés du suivi de leurs commandes.

 

Mme Frattini regrette cependant de ne pas avoir pu acheter des titres audio car elle n’en a pas trouvé dans l’offre. (ndlr : depuis cet entretien, les livres audio sont disponibles dans l’offre PNB)

Elle ajoute : « Nous sommes globalement satisfait du fonds PNB, sauf pour certains prix rédhibitoires, et certains titres ou auteurs non disponibles comme Marc LEVY, Guillaume MUSSO pour Un appartement à Paris, Michel QUINT Effroyables jardins, les titres récents d’Harlan COBEN, ou les ouvrages d’Anna GAVALDA, Agnès MARTIN-LUGAND, Aurélie VALOGNES ou Danielle STEEL par exemple.

Cependant, nous étions en phase de constitution du fonds, donc pas trop à la recherche des nouveautés.

Quant aux modalités de l’offre, certains points manquent de clarté comme l’option de lecture en streaming in situ ou chez l’usager, qui n’est d’ailleurs pas proposée par tous les éditeurs. »

 

Quant à la qualité des métadonnées, Mme Frattini note qu’il y a parfois un manque d’harmonisation : « Nous faisons par exemple des sélections par genre et cela cafouille un peu par moment, car les éditeurs ne catégorisent pas tous les livres selon les mêmes critères et il manque clairement des sous-catégories, en littérature par exemple. »

 

La bibliothèque nous a confié qu’elle était satisfaite de l’installation du service et de l’offre PNB en général; elle souhaiterait cependant obtenir davantage d’informations de la part des libraires qui communiquent assez peu sur le numérique.

 

                                  Bibliothèque Pompidou – Châlons-en-Champagne © photo Christophe Manquillet – Ville de Châlons-en-Champagne

Propos recueillis par Dilicom, le 27 novembre 2018.

Entretien avec la responsable du numérique de la Bibliothèque Georges Pompidou – Châlons-en-Champagne
Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *