Evaluation et suivi des usages

Suivi des usages et évaluation

Le suivi et l’évaluation du dispositif PNB s’effectuent sous l’égide du Ministère de la Culture et de la Communication, à partir des éléments fournis par DILICOM.

Le contenu de ce suivi est partagé auprès des partenaires du projet et publié de façon régulière.

Retrouvez ici la dernière publication en la matière.

Les offres

Les offres sont déclinées par chaque éditeur.

L’observation de l’offre existante permet de dégager les caractéristiques suivantes (susceptibles d’évoluer en fonction de l’arrivée de nouveaux éditeurs dans PNB ou fonction de l’évolution des demandes) :

  • Les modalités d’accès : la ressource numérique est accessible par téléchargement ou par streaming (lecture en ligne) ou par la combinaison des deux (le téléchargement est alors réservé pour le prêt, le second pour la consultation uniquement) ;
  • Le format des fichiers en cas de téléchargement (epub, pdf, etc)
  • Le type de protection des fichiers en cas de téléchargement. Aujourd’hui seul le logiciel de gestion des droits (DRM) Adobe DRM est utilisé. Des alternatives sont à l’étude ou en cours de développement, comme par exemple LCP (Licensed Content Protection) porté par le consortium Readium et mis en oeuvre par le laboratoire EDRLAB ;
  • Les droits d’usage déclinés selon les modalités suivantes :
    • La durée de l’offre ;
    • Le nombre de prêts ;
    • Le nombre d’utilisateurs simultanés ;
    • La durée maximale de prêt autorisé par lecteur ;
    • Le prix ;
    • Les droits d’utilisation par le lecteur final (imprimer, copier, nombre d’appareils de lecture autorisés).

La description technique de l’offre (métadonnées) repose sur la norme ONIX 3.0.
Le Guide des bonnes pratiques de la Commission de Liaison Interprofessionnelle du Livre (CLIL) disponible sur son site et sur celui de DILICOM donne les recommandations nécessaires pour une bonne interprétation de la norme ONIX.

Ce guide est mis à jour régulièrement grâce au travail de la Commission FEL qui se réunit en moyenne six fois par an.