Retour d’expérience de la Bibliothèque Municipale de Sotteville-lès-Rouen. Entretien

Bibliothèque Sotteville-Lès-Rouen (tous droits réservés)


La bibliothèque municipale de Sotteville-Lès-Rouen (30.000 habitants), s’est raccordée à PNB (Prêt Numérique en Bibliothèque) en mai 2018 et nous a fait part de ses premières impressions, suite à l’ouverture du service au grand public en juin dernier.

Mme Auzou, directrice de la bibliothèque et Mme Semelaigne, responsable du numérique ont répondu à nos questions

Comment a germé l’idée d’offrir le service du prêt numérique à vos usagers ?

 Nous souhaitions élargir notre offre au numérique depuis longtemps mais notre portail ne le permettait pas. Grâce à l’attente forte des élus sur le numérique, le projet a pu être relancé et le portail changé en 2017. La mise en œuvre a pris un an entre la prise de décision et le passage en production.

Comment se sont déroulées les premières commandes ?

Nous avons eu quelques soucis lorsque nous avons cherché les livres sur le site de notre libraire. Les titres réservés à l’offre PNB n’étaient pas toujours bien signalés et lorsqu’il y a eu des problèmes techniques, il a été compliqué de savoir si le libraire avait remonté l’incident aux plateformes, notamment pour demander un remboursement.

Nous aimerions que les libraires communiquent davantage sur l’offre PNB, qu’ils soient davantage prescripteurs.

En revanche, nous sommes satisfaites de l’installation dans l’ensemble et de la disponibilité de l’équipe Dilicom.

De quelle façon avez-vous concrètement mis en place PNB auprès du personnel au sein de la bibliothèque ?

Nous avons une personne dédiée au livre numérique (Mme Semelaigne NDLR). Avant de communiquer auprès du grand public, nous avons souhaité former les agents par la pratique et l’expérience utilisateur. Nous avons donc investi dans l’achat de liseuses afin qu’ils testent l’emprunt et la lecture sur ce nouveau support. Cela a permis de s’approprier le livre numérique.

Notre rôle en tant qu’agents est capital pour amener les lecteurs à découvrir et apprécier ce service.

Leur formation se fait aussi de façon continue lors des réunions internes menées par la responsable numérique.

Comment avez-vous communiqué auprès des lecteurs ?

Nous avons apposé des affiches dans la bibliothèque et créé des fantômes que nous plaçons dans les rayons indiquant que le livre papier existe en version numérique.

Pour le lancement, nous avons publié un article dans le journal municipal en juin et en juillet.

Et nous animons également notre site

Avez-vous mis en place un service d’assistance spécifique pour le livre numérique ?

La plupart des lecteurs ont leurs propres liseuses et savent déjà se débrouiller avec leur compte Adobe mais ils peuvent rencontrer des problèmes de téléchargement lors des emprunts.

Nous proposons des modes d’emploi sur le portail et les agents sont bien sûr disponibles pour fournir des explications sur place.

Nous allons également commencer à prêter 12 liseuses d’ici fin décembre afin d’élargir le public de lecteurs d’ouvrages numériques.

Quels choix ont déterminé la constitution de votre fonds ?

Notre politique éditoriale est très ouverte. Il n’y a pas de sélection faite par un comité interne ; nous suivons à 98% les suggestions d’achat des lecteurs.

Notre offre de livres est large, en cohérence avec celle de notre offre papier. En revanche, comme le lancement de PNB s’est fait à la veille des vacances, nous avons acheté en priorité des romans et guides de voyage.

Quel est votre objectif avec la proposition de livres numériques ?

Le prêt numérique permet d’accéder à l’offre de lecture de la bibliothèque d’une autre manière.

Dans un premier temps, nous souhaitions proposer aux usagers l’équivalent numérique des livres papier, rendre les best-sellers plus disponibles et suivre l’actualité ; malheureusement nous avons été assez déçues par l’offre proposée dans PNB.

Qu’avez-vous pensé de l’offre ?

Nous avons été surprises de ne pas trouver d’ebooks d’auteurs connus, de têtes d’affiches, qui sont très prisés des lecteurs. Il manque beaucoup de nouveautés et 80% des titres que nous souhaitions commander sont absents.

(NDLR : après vérification, il s’avère qu’à la suite d’un problème technique, le site du libraire n’affichait pas tout le catalogue)

Nous avons également constaté que, sur les 25 nouveautés que nous avons achetées, un titre numérique coûte en moyenne 10€ plus cher que le livre imprimé. Nous avons du mal à comprendre la politique des éditeurs. Il y a un écart entre le discours qui est tenu sur le numérique et l’offre qui est pour le moment très limitée. Nous aimerions faire des commandes mensuelles en 2019 mais il est difficile à ce jour de mener une politique d’achat cohérente car nous sommes tributaires des catalogues.

Quelles sont vos attentes sur l’évolution de PNB ?

Nous sommes un peu inquiètes sur la mise en place de la version 3 de PNB et du coût que les développements pourraient engendrer pour notre bibliothèque.

Nous nous interrogeons également sur l’arrivée de la nouvelle DRM LCP ; il risque d’y avoir une période de transition et nous devrons certainement refaire de la formation auprès des agents puis des usagers.

De plus, nous craignons que les plateformes privilégient cette DRM et que les lecteurs soient pénalisés si la DRM Adobe venait à ne plus être apposée.

(NDLR  : La DRM est attribuée en fonction de la liseuse déclarée par l’usager ; Dilicom précise que les deux DRM coexisteront pendant une période transitoire pour permettre à tous les éditeurs d’application et fabricants de liseuses de  s’adapter à LCP).

Enfin, nous espérons que l’offre s’enrichisse de nouveautés, afin de pouvoir satisfaire l’attente de nos lecteurs.

Nous nous sommes beaucoup investies dans le projet et nous aimerions que les prêts numériques connaissent un bel essor.

Consulter le site de la bibliothèque : https://biblio.mairie-sotteville-les-rouen.fr/

Propos recueillis par Dilicom, le 9 novembre 2018.

Nous remercions sincèrement Mme Auzou et Mme Semelaigne d’avoir répondu à nos questions.

Retour d’expérience de la Bibliothèque Municipale de Sotteville-lès-Rouen. Entretien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *